[DOSSIER] Centrale Saint Louis: Un crime environnemental

0
675

La Centrale Saint Louis, située à Plaine Lauzun, Port-Louis est exploitée par le CEB et la décision de l’État d’agrandir cette centrale au fioul lourd, en y installant quatre moteurs et deux réservoirs de fioul suscitent de nombreuses controverses car ceux qui habitent dans les environs sont inquiets. Ils craignent pour leurs santés et ont même porté plainte auprès de la Cour suprême et du tribunal de l’environnement pour tenter de mettre fin aux travaux, qui ont déjà commencé et qui devraient s’achever en juillet 2017.

Alors que, selon l’Organisation mondiale de la santé, l’île Maurice est le deuxième pays le moins pollué au monde, les différentes formes de pollution de cette centrale du pays sont décriées. Le programme des Nations unies pour l’environnement a également affirmé que le fioul est la principale cause de pollution du pays.

Le président du Mouvement civique de Plaine-Lauzun, Abdool Farade Nunnoo oppose à ce projet. Il soutient que ce projet va à l’encontre de tous les objectifs de développement durable du pays alors que le pays est signataire de la COP21 et 22.
Il explique: « Depuis 1978, CEB ti mette six moteurs ki appel Pielstick ki servi de lhuile lourd et bane habitant ti pe plaigne tapaz, vibration et pollution. En 2004, Ministere lenvironnement donne CEB ene notice pou demande li comply avec bane normes environnemental et quelques temps apres CEB dire li pour retire bane vieux moteurs Pielstick pou remplace li par bane moteur ki respecter norme environnemental et zot fine demande ene EIA (Environment Impact Assessment) licence et en 2006, zot fine commissione trois turbines de la marque Wartsila ki roule avec de lhuile lourd totalisant 40 megawatt et li fine prend lengagement dans so intergrated electricity plan 2003/2012 ki li pou retire bane moteur Pielstick ki illegale vu ki li pas lor bane norme environnemental. En 2008, fine commence tire bane moteur Pielstick la ene par ene mais a ce jour ena quatre moteur Pielstickki toujours en operationillegal et trois moteurs Wartsila. En 2012, CEB demande ene EIA Licence pou li mette encore 4 turbines de 15 Megawatt totalisant 60 Megawatt a Saint Louis. Alors si mette sa quatres turbines la plus 3 turbines Wartsila et retire sa 4 turbines Pielstick la, Central Saint Louis pou passe plus ki 100 Megawatt et li pas pou safe  du tout parski dimoune pas pou capave supporte sa quantite pollution la. Pou fer sa CEB ine installe deux tank et plus lorla li déjà ena environ 500 tonnes de lhuile (1 tank = 1000 tonnes). Dan so environment impact statement,  zot dire k iso stock pou quatre jours alors ki nu, nu conner ki zot brule plus ki 500 tonnes de lhuile par jour dans ene lendroit hautement urbaniser. Faudrait pas noublier ki en 2012 quand CEB ti dire zot pu mette encore quatres turbines, so consultant Mott Mc Donalds dans so consultation ine demontrer clairement ki sa turbine la li depasse norme environnemental et la loi maurice li autorise ene moteur pou emmete enn taux de souffle de seulement 200 maximum et moteur Wartsila li fer plus ki 244.5 ».

Abdool Farade Nunnoo soutient qu’une fumée noire ou parfois jaune émane de la centrale et l’air est irrespirable à cause de la mauvaise odeur du soufre, qui se trouve dans le fioul lourd. Il y a aussi la pollution sonore causée par le bruit des moteurs en marche qui affecte les habitants de Camp Chapelon, Plaine Lauzun, Grande Rivière, Cité Vallijee, Canal Dayot sans oublier les écoles aux alentours notamment le Collège Royal de Port-Louis, SSS Burty David, Medco Cassis, GRNW Government School, Luqman Private School entre autres.

En Juin 2015, ils ont envoyé une mise en demeure au CEB via leur avoué Osman Abassakoor disant qu’ils sont contre ce projet. Ils ont par la suite eu une rencontre avec des pour-parleurs de la CEB pour discuter de leurs soucis face à ce projet. Selon eux, Lonsley Kurt, représentant de la Banque Africaine de développement a menti en disant que la CEB a tous ses permis requise pour aller de l’avant avec ce projet car ce n’est que le 17 mai 2016 que le CEB a fait une demande pour son ‘building and land use permit’ pour construire un Power House à Saint Louis. Une pétition a été signée en ce sens par 2300 habitants de la localité  pour objecter à ce développement et la Municipalité de Port-Louis leur a servi une ordonnance d’interdiction (prohibition order) en Juin 2016 mais a par la suite céder  en leur allouant le ‘building and land use permit’ malgré les nombreuses contestations.
Le Mouvement Civique de Plaine-Lauzun a entretemps fait une demande d’injonction à la Cour Suprême  et au tribunal de l’environnement pour un ‘stop order’. L’affaire a été renvoyée pour le 3/02/2017.

Le président du Mouvement Civique de Plaine-Lauzun propose ceci : « Au lieu mette turbine ki brule de lhuile lourd a Saint Louis, li ti pou preferab si zot ti mette moteur LNG a Fort Georges parski ena facilité labas et au fur et à mesure si le besoin se fait sentir, zot installe ene moteur LNG à Saint Louis. Li bon faire ressortir ki suite a ene question du deputé Osman Mahomed au ministre Ivan Collendavelloo au parlement, le ministre ti reponne ki ena possibiliter mette ene central LNG de 120 Megawatt en 2018 à Fort Georges. Zot capave aussi alle vers lenergy renouvelable, photovoltaic et eolien ki plus ecologique».

« Aucun danger pour les habitants », déclare le Maire de Port-Louis
Le Maire de Port-Louis, Mohammad Oumar Kholeegan déclare qu’il comprend les inquiétudes des habitants et est même allé voir les dégâts sur place mais  il explique que d’après un rapport du ministère de l’Environnement, la centrale ne va affecter ni les gens ni l’environnement et selon lui, pour l’instant les contestataires n’ont pas de véritable preuve du danger et pour faire avancer le dossier, il faut réaliser une enquête aussi professionnelle que celle du ministère.

Sollicité pour un entretien, le Vice-premier ministre et ministre de l’Énergie et des Services publiques est resté injoignable.

Témoignages des habitants

This Week est allé à la rencontre de quelques habitants de Pailles et de Camp Chapelon qui sont directement touché par cette pollution.

Momine Ungapen de Plaine Lauzan depuis 25 ans : « Cela ne concerne pas seulement l’être humain, mais les plantes sont également touchées par cette pollution »
La vie ine vine diificile et nepli bon pou vive dan Plaine Lauzun. La fumée noire polluer lenvironnement et c’est tres mauvais pour la santé de tout le monde. Bane vibration sacouille la porte et la fenetre nou lakaz. Pas tous carbonne ki alle dan lair, avec la brise ene partie envoler et nou gagne sa en plein. Li coze ene gros probleme pou nous surtout nou bane zenfants ki bizin fer zot lavenir, zot bizin marier et forme ene famille ene jour, eski ou croire li pu facile pu bane ti bebe respire sa lair polluant la ? Nu meme grand dimoune nou pas capave respire sa astere ou penser zenfant pu capave adapter dan ene lenvironnement pareil ? Sa quatres gros moteurs la pas bizin metter sa, li pe detruire nous de jour en jour. Sa pollution la li pas affecter seulement la race humaine mais li affecter aussi bane plantes parski ena carbon dan lair et bane plante setti net. Mo esperere l’autorité concernée agir le plus vite afin qui remedier la situation au plus vite possible.

Vasanthi Baungally, habitant de Plaine Lauzun depuis 36 ans : « La plupart des habitants meurent par le cancer de la peau»
Ce n’est pas facile de mener une telle vie. Les habitants meurent de cancer de la peau à cause de ces pollutions. J’ai un fils de 31 ans qui souffre également d’une maladie pulmonaire. Nous l’avons emmené en Inde pour le traitement et les médecins ont dit que c’est à cause de cette pollution que mon fils a eu cette maladie critique. Notre maison est également touchée par la poussière qui émane de cette fumée du Central Saint Louis. Nous devons nettoyer la maison plusieurs fois par jour et c’est vraiment ennuyeux. Central Saint Louis est la racine de tous les problèmes ici à Pailles. Il devrait être déplacé en zone industrielle. Lorsque les rideaux ou les étoffes dans la maison sont sale avec cette pollution, nous l’avons changée, mais comment allons-nous changer la partie de notre corps qui est touchés par cette pollution? C’est impossible. J’espère que le gouvernement prendra les mesures nécessaires pour résoudre ce grave problème le plus vite possible.

Farezana Ghoorah, habitante de Camp Chapelon depuis 13 ans : « Nous devons emmener les enfants au médecin tous les mois»
En tant que parent, je suis très inquiète pour mes enfants. Nous devons les prendre au médecin tous les mois parce qu’ils sont très touchés par cette pollution et nous ne pouvons même pas shifter à un autre endroit parce que ce n’est pas facile financièrement et les enfants sont également habitués avec leurs écoles, il sera très difficile de quitter Camp Chapelon. Central Saint Louis devrait être déplacé vers d’autres zones industrielles.

Je suis née à Plaine Magnien et je me suis marié à Camp Chapelon depuis 13 ans, il y a une monde de différence entre ces deux endroits. À Plaine Magnien, nous respirons de l’air frais alors qu’à  Camp Chapelon, nous respirons de l’air pollué. Chaque fois que mes enfants vont chez ma mère à la Plaine Magnien, ils sont en forme et jouissent une bonne santé mais ici, à Camp Chapelon, ils sont constamment malades. Nous avons fait plusieurs plaintes auprès de la police de l’environnement quand il y a des bruits insupportables mais ils n’agissent jamais.

 Il serait très apprécié que nous puissions être soulagés de ce problème énorme le plus vite possible afin que la prochaine génération puisse vivre en paix.

Noorbanon Barkatoolla, habitante de Camp Chapelon depuis 30 ans : « Zot pas respecter zot lheure travail, zot travail juska minuit»
Tapaze depuis Central Saint Louis extra fort et en plus de sa ena so la fumée noir ki fatigue nous. Sa nuir nous la vie et le probleme pe vine plus pire de jour en jour. Nou batiment pa tomber ar sa vibration la. Zot pena lheure travail fixe, zot commencer tot le matin et zot travail juska 23hrs-minuit et quand zot pe travail la, nou pas capave dormi, bane zenfant pas capave concentrer pou fer revision. Sa affecter nous dans tous fason.

Normalement, meilleur place ki ene dimoune content c’est so lakaz parski c’est celle place ki ene dimoune gagne la paix mais nou, nou stresser dan lakaz. Nou obliger mette kal dan la fenetre et la porte acoz leffet vibration. A chaque fois dire nou ki zot pou change moteur mais zot reste ajoute moteur mem.

Fawwaz Uteene, habitant Pailles depuis 5 ans : «C’est un problème sérieux car il y a des gens qui habitent 100 mètres avec la Central Saint Louis»
Ce problème aggrave de jour en jour. Il y a la pollution et le problème de vibration et tous les habitants souffrent la bronchite et l’asthmatique en raison de ce problème. Il y a aussi  la pollution sonore même la nuit. Le pire c’est qu’il y a des gens qui vivent à 100 mètres de la Central Saint Louis et c’est très dangereux. C’est impossible d’ouvrir les portes et les fenêtres même s’il fait chaud, ils préfèrent rester renfermés dans la maison. Les bébés sont plus vulnérables à ces problèmes.