METRO-EXPRESS — GENERATEUR DE LA DISCORDE ?

0
3783

Je voudrais bien exprimer mes craintes et mes souffrances pour mettre un point final à cette tragédie sans borne. Ceci afin qu’un jour tu puisses comprendre que la coexistence pacifique implique le désamorçage d’angoisse, de la misère noire, de la tragédie humaine et de la profonde tristesse que tu aurais dû neutraliser en utilisant ta position à la tête du pays. Tous les arsenaux du pays sont entre tes doigts et par définition les colonnes armées autour de toi sont prêtes à agir et faire tous ce qu’elles veulent sous tes ordres, même s’il faut marcher sur les cadavres des personnes innocentes.

N’oublie jamais ces larmes qui ont découlé par les yeux de ceux qui ont souffert, la  sueur qui est apparue sur les fronts de ceux qui ont porté les poids de la vie sur leurs épaules pour construire des habitats pour la postérité et les sangs qu’ils ont versé comme sérum pour nous redonner la vie et les sacrifice qu’ils ont fait pour cicatriser les séquelles que les colons ont laissé derrière eux. On n’a d’autre choix que de déposer des herbes sur leurs tombes et de recueillir leurs mémoires au lieu de racheter les pêchés en détruisant toute une histoire qui nous inspire pour maintenir la paix et l’harmonie.

Quand on entend parler le mot d’ordre « to cozé to tassé », un climat d’insécurité et de frayeur s’installe partout ailleurs et on entend aussi parler de « vendetta politique » qui hante les horizons de notre nation arc-en-ciel, plus récemment la vague d’arrestation sans la moindre hésitation.  La population est en train de perdre progressivement leur « âme ». Cette expérience  douloureuse, certes, marquera un aspect de notre histoire. Pourquoi cette intransigeance? Tu ne crois pas qu’un beau jour la voix de la conscience populaire se réveillera et enverra tous ces ordures qui puantes notre atmosphère dans le dépotoir de l’histoire.

Je suis conscient qu’aucune victoire ne paie, la population est en train de payer ce prix avec leur sueur, leur sang, leur souffrance et leur énorme sacrifice jusqu’à la victoire finale, mais tu n’oublies pas que tu n’échapperas jamais à la colère Divine.

Lorsque les forces de l’ordre participaient à l’impitoyable démolition des maisons de notre co-citoyen, ils ont des centaines des raisons pour justifier cet acte de la barbarie en brandissant « nou dan légalité ». Et pourtant, ton silence, ton mutisme choque plus d’un.  Sans doute cette ‘sourde oreille’ étreint durement le cœur d’une génération fortement touchée par ce drame.  Cette séquelle durera dans le temps et marquera notre histoire.

Quand on voit une mère, un père, une sœur, un frère, une grand-mère et un grand père en larme de sangs, cette douleur remplit tout l’espace de leurs êtres en profondeur et se répand à l’infini, elle déchire le ciel et fait trembler le Trône Divine. Toutes les religions du monde sont unanimes sur ce point.

C’est dur de voir des jeunes filles expulsés brutalement de leur maison comme des bêtes noires sous la machine infernale d’émissaires spéciaux, portant de mots magiques afin de cacher la réalité et vérité « Nous avons reçu des ordres d’en haut et nous ne faisons que notre boulot ». Ils s’en fichent de l’humanité, de la moralité ou le respect du moins pour des  femmes, pourtant ces femmes vêtues d’uniforme qui symbolise l’allégeance vis-à-vis de  l’état pour maintenir la paix et la sécurité de citoyens dans un état de droit.

N’oublie jamais que grâce à cette tragédie l’île Maurice a découvert le courage inégalé d’un fils du sol qui a atterri à temps sur les champs pour éviter un drame humain face à une armée très déterminé équipée de bulldozers en plein exercice de démolition.

Ce jeune homme n’est autre que Shakeel Mohamed, fils de Yousouf Mohamed et petit-fils de Sir Abdul Razack Mohamed. Ce bouillant légiste avec un cœur hautement sensible n’avait d’autre choix que d’intervenir avec un courage d’acier pour faire stopper cette tragédie humaine surtout le jour d’Arafat et à la veille d’Eid-ul-Adha. Fort heureusement on a toujours des hommes de ce calibre à l’île Maurice. Il a fait son travail comme un humain mais aussi comme un légiste dans un élan d’humanisme et du patriotisme strictement dans le paramètre légal.

Les adversaires ont toujours voulu mettre ce jeune homme dans une mauvaise posture. Mais nous « le petit peuple » ne nous laisserons jamais abattre froidement nos héros et nous ne nous laisserons jamais intimider quel que soit les conséquences.

Mais hélas! Cette fois-ci en ce mois du Muharram quelques jours avant le grand sacrifice de Karbala où le petit-fils du Prophète de l’Islam (P.S.S.L) était tombé comme martyr, cette maison où habitaient des pauvres innocents a été impitoyablement rasée. Tout est parti dans quelques heures. On pleure, on pleure, on pleure et on ne cesse de pleurer!!!

Je t’adresse en toute sincérité pour te poser une question très simple. Si un jour tu arrives auprès d’un feu de signalisation dans ton blindé avec tes cortèges, le feu vert focalise dans ta direction, donc, il est tout à fait légitime de ta part de continuer la route, mais brusquement un piéton traverse la route sur un passage clouté. Que feras-tu ? L’écraser sous tes roues en disant que je suis dans la légalité ou sauver la vie de cette personne?  Même un fou peut nous répondre qu’il faut à tout prix l’esquiver pour lui rendre la vie sauve. Dis-moi franchement, tu pourras cacher dans le manteau de ton immunité pour brandir ta suprématie pour rouler sur son cadavre en disant cela « je suis dans la légalité », c’est mon droit légitime, j’ai agi en conformité avec le code de la route tout en respectant la loi suprême du pays.  « Laisse zot fer tapaz ».

Cette sourde oreille choque les cœurs d’une génération qui t’as fait confiance avec plein d’espoir pour un avenir sûr et certain.

Inutile de parler du rôle de ce loup-garou qui se manifeste tout nu à minuit dans l’obscurité totale pour jeter de la poudre aux yeux des opinions publiques à chaque fois qu’il y a des bruits.  D’après lui « lepep pe dormi », il profite de maitriser certains moyens de communication diabolique pour coller des étiquettes insalubres « lor miray de so adverser », pour les diaboliser.

Je te préviens que nous sommes à l’ère de la technologie de pointe. Je te préviens aussi que les internautes et les journalistes ne dorment pas. Nos ancêtres nous disaient comment ils jetaient des lentilles pour piéger les « touni minuit » à chaque fois qu’ils sortaient de leurs caches. Fini cette période de « fane lenti ». L’organisme de réseaux sociaux chargés du gardiennage de la propriété des droits communs est bel et bien présent 24/7 sur tous les fronts pour alerter l’opinion publique, comment ce loup-garou fait surface pour justifier l’injustifiable qui frappe sur la tête de ce petit peuple innocent.

D’après mes observations, à chaque fois que les problèmes font surface sur le tapis, tu commences à bégayer pour la bonne et simple raison que tu n’as pas la conscience tranquille. Si ta mémoire n’est pas courte tu peux voir dans ton rétroviseur pré-électoral à propos des promesses que tu avais fait et l’engagement que tu avais pris devant ce petit peuple. La carte biométrique, le métro léger, la bataille acharnée contre la fraude et la corruption entre autres. Tu avais dressé une liste de nombreuses mesures pour rassurer le peuple. C’était des actions injustifiables que tu avais vigoureusement condamné selon ta conviction personnelle.

L’île Maurice n’est pas le camp du roi David et ni l’empire du roi Soleil, comme certains le disent. Cette petite portion de terre entourée de l’océan a produit fièrement une nation exemplaire qu’on appelle une nation arc-en-ciel et on est tous unanime là-dessus.

Je te rassure encore une fois que le métro express dont tu parles, a déjà commis des dégâts énormes et des nombreuses victimes même dans son état embryonnaires. Cela hante l’esprit de tout un chacun qui a le sens du patriotisme dans son âme et conscience. Ton intention doit être explicite et claire. Si cette négation que découle du fond de ton instinct persiste, l’action systématique visant à bulldozer les habitats de ces pauvres innocents reposera sur ta conscience. Si tel est le cas, tu réaliseras un jour la gravité de l’injustice que tu as commise à l’égard de ceux qui ont fait confiance à toi et à ton équipe pour voir la lumière au bout du tunnel. L’histoire ne pardonnera jamais.

Celui qui avait fait confiance à cette alliance en décembre 2014
LEPEP

 Par I. Khayrattee