Rodrigues: Manifestations dans les rues de Port Mathurin

0
1570

Nous pas ici pour nous la guerre contre personne. Nous ici pou réclame nous droits”.

Vers  la création d’une assemblée parallèle regroupant les membres de syndicats et la société civile à Rodrigues? En tout cas c’est ce qu’a laissé entendre Julienne Meunier, Secrétaire de la RGEA (Rodrigues Government Employees Association) à l’issue du rassemblement de ses adhérents et autres membres du public hier matin à Port Mathurin. Elle aura pour but de “discuter des problèmes qui touchent de près les Rodriguais pour ensuite être transmis à l’ARR (Assemblee Regionale de Rodrigues) afin de veiller à ce que la voix du peuple soit entendue.”

La RGEA avait convié ses membres et le public en général à une marche de protestation à partir de Baie Lascars en passant par l’artère principale à Port Mathurin jusqu’au MCB Square ou elle a tenu un rassemblement par un temps pluvieux. Plusieurs orateurs ont pris la parole.

La “Rodrigues Regional Assembly – Shipment of Motot Vehicles Regulations 2017” était, comme annoncé, le sujet qui a retenu l’attention tout au long des interventions.

Pour Julienne Meunier, ce règlement, qui a pour but de limiter l’âge jusqu’à sept ans d’un véhicule à être importé à Rodrigues n’est pas une priorité. “On ne peut privilégier l’écologie au détriment de l’économie”, a-t-elle dit avec force devant un parterre de quelques centaines de personnes autour du kiosque sur l’espace verte. “Les Rodriguais font fassent à des problèmes majeurs pour pouvoir mener à bien leur vie. Le problème de l’eau, l’élevage, l’agriculture, l’exode des rodriguais, entre autres,  sont autant de sujets qui méritent l’attention voulue de la part de l’ARR”.

Les orateurs ont tour à tour fustigé l’attitude et l’insouciance, selon eux, des membres de l’ARR face aux problèmes qu’ils considèrent urgents à Rodrigues. Pour Tico, membre de la RGEA, un véhicule n’est plus un luxe. C’est un outil important pour le Rodriguais “pour saryer de l’eau, pour saryer l’herbe, pou pas perdi létemps lor bus stop, pou allège difficulté famille. Nou pas ici pou la guerre contre personne. Nous ici pou la guerre pou nous droit dans ene Rodrigues autonome. Progrès pas réservé pou ene poignet dimoune”, Il considère ce règlement rétrograde à un moment ou au lieu de se réjouir et d’être fier des 15 ans d’autonomie le “Rodriguais pé encore galérer, Rodriguas pé encore révendiquer”.

A la suite de cette manifestation la RGEA compte adresser une pétition au Chef Commissaire pour demander principalement l’annulation du règlement concernant le “shipment of vehicles”, mais aussi des mesures appropriées, concrètes et urgentes pour:

  • Résoudre le problème de l’eau qui stagne depuis des décennies et qui s’aggrave de jour en jour,
  • Combattre le chômage, la misère et l’exode des Rodriguais,
  • Redresser le système de la santé et de l’éducation,
  • Régler le problème du coût de la vie qui devient insupportable pour beaucoup,
  • Mettre un frein à l’exploitation des éleveurs, planteurs et pêcheurs de l’île, et
  • Procéder à une restructuration de la fonction publique avant toute application du PMS (Performance Management System).

Les manifestants considèrent que l’autonomie ne sera pas complète aussi longtemps que vont perdurer les difficultés qu’ils ont à faire face dans leur quotidien.

AMANOOLA KHAYRATTEE

 

LEAVE A REPLY